Provoquer l’accouchement : tout savoir sur le décollement des membranes


Mon accouchement / mercredi, décembre 27th, 2017

« Décoller les membranes », quelle expression de barbare vous ne trouvez pas ? Rien que de le prononcer ça donne froid dans le dos, pourtant quand on est enceinte, nous pouvons être confrontée à ce genre de situation. Bon, le terme médical est « stripping », ce qui sonne déjà mieux à l’oreille ! Lorsque l’on est enceinte pour la première fois, c’est un peu du charabia tout ça, mais ne vous inquiétez pas nous allons tout vous expliquer : qu’est-ce que c’est ? Suis-je obligée de passer par la case stripping ? Est-ce que ça fait mal, ou encore est-ce efficace ? Le décollement des membranes n’aura plus aucun secret pour vous à la fin de cet article !

Qu’est-ce qu’on entend par « décollement des membranes » ?

Stripping ou décollement des membranes veulent dire la même chose. Ce sont des termes que vous n’entendrez pas avant la fin de votre grossesse (fort heureusement j’ai envie de dire), quand bébé ne voudra pas pointer son nez, ou alors que vous avez la fausse joie des fausses contractions (il va vraiment falloir apprendre à décoder les contractions au passage). Votre col de l’utérus est intact malgré l’approche de votre date prévue d’accouchement, votre médecin peut vous proposer des vous décoller les membranes pour accélérer le travail. Cette option est généralement proposée entre la 38e et la 41e semaine d’aménorrhée, généralement vers la 38e ou 39e semaine on parle de décollement de « convenance », mais avant de l’accepter, il est essentiel de bien être informée et surtout de checker sa valise maternité car, généralement, après un décollement, l’accouchement n’est pas bien loin. Si vous acceptez, un rendez-vous peut être fixé pour une hospitalisation, il faudra donc être prête. afin de ne pas courir dans tous les sens au dernier moment ou de mettre un coup de pression à votre compagnon qui devra faire des allers retours pour tout vous amener à l’hôpital.

Malheureusement, et encore trop souvent, il arrive que des femmes enceintes subissent un décollement des membranes sans avoir été informée, ce qui peut être vécue comme une atteinte au corps et à l’intimité. Nous comprenons tout à faut la gêne, le mal être qui peut être provoqué par ce genre de démarche, qui n’est pas anodine. Précisez bien au corps médical qui vous suit que vous souhaitez être informée des moindres pratiques et interventions qui peuvent être effectuées avant et pendant votre accouchement. D’ailleurs, vous pouvez même l’écrire dans votre projet de naissance personnalisé afin de signaler au personnel médical les pratiques que vous souhaitez ou ne souhaitez pas avoir lors de votre accouchement (épisiotomie, césarienne, péridurale…). La pratique du stripping doit être communiquée d’autant plus qu’elle peut être inconfortable, voire douloureuse car elle provoque des saignements et des crampes pendant les 24 heures qui suivent. En plus, quand on connaît un peu les lois juridiques, on sait qu’aucun acte médical ne peut être pratiqué sans le consentement de la personne…faisons valoir nos droits !

Pourquoi déclenche-t-on le travail ? Comment cela fonctionne-t-il ?

Les médecins (cela peut également être votre sage femme) déclenchent le travail pour baisser le délai avant l’accouchement, notamment lorsque la future maman risque de dépasser le terme. Et oui car il existe des risques, notamment au niveau du placenta qui apporte l’oxygène et les nutriments à votre bébé. Ce dernier n’est censé remplir ses fonctions que pendant les 41e semaines, il est donc important de surveiller une grossesse post terme. Mais ne vous inquiétez pas, les médecins décident rarement de laisser une femme enceinte dépasser le terme, c’est pour cette raison qu’un stripping (décollement de membranes si vous m’avez bien suivi) est souvent proposé.

Au niveau du déroulement, cela se passe comme pour un examen de fin de grossesse où votre médecin va regarder si votre col de l’utérus commence à se dilater et à s’effacer afin de procéder au stripping. Mais attention, il ne peut être pratiqué que si votre col est dilaté à 1cm minimum! Le médecin glissera un doigt entre le bord du col de l’utérus et la poche des eaux pour la décoller, ce qui risque de provoquer une petite douleur ainsi que des saignements comme nous l’avons vu précédemment. Lors de cette pratique, il est important que vous vous relaxiez en prenant de profondes respirations, c’est comme lorsque l’on va chez le gynéco pour la première fois, plus on est stressée, plus on aura mal. Alors détendez-vous (je sais c’est plus facile à dire qu’à faire) ! Ne vous inquiétez pas, cette pratique est sans danger, elle ne provoque pas de complications et n’a aucun impact sur le risque de césarienne. Il n’y a pas de risque infectieux pour votre bébé car les membranes ne sont pas rompues,

En décollant les membranes, votre corps va sécréter des prostaglandines qui vont déclencher des contractions et provoquer l’accouchement. Généralement le travail commence dans les 24 heures qui suivent un stripping, et l’accouchement intervient dans les sept jours qui suivent. Cependant on peut décoller plusieurs fois les membranes , à raison d’une fois par semaine à partir de la 37e semaine d’aménorrhée, mais bon pas de panique on pratique le stripping si tôt lorsqu’il y a de gros risques pour que la date de terme soit dépassée. Sachez cependant que si vous dépassez le terme, le décollement de membranes sera la première solution que l’on vous proposera pour provoquer l’accouchement. Si le stripping ne marche pas, on vous proposera d’autres solutions pour provoquer le travail, comme la prostaglandine ou encore la rupture artificielle des membranes.

Le décollement des membranes n’est donc pas un passage obligatoire, mais si votre médecin vous le propose, réfléchissez bien avant de prendre une décision. Explorez toutes vos options, n’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous angoissent à votre médecin. Il y a certains cas où le stripping est interdit, notamment si l’accouchement par voie naturelle est impossible, si vous avez des saignements vaginaux ou encore si une injection d’ocytocine synthétique est prévue.

Crédit photo : http://elisenjalbert.tumblr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *