Grossesse tardive : risques et solutions


Ma grossesse, Santé / lundi, mars 22nd, 2021

Comme environ 5 % des Françaises, vous vous apprêtez peut-être à vivre une grossesse tardive et forcément, vous avez plein de questions ! Quels sont les risques ? Comment le suivi va-t-il se dérouler ? Y aura-t-il plus de risques à l’accouchement ? C’est normal, être enceinte est un heureux évènement, mais très vite de nouvelles interrogations et parfois de nombreuses inquiétudes apparaissent. Voici donc tout ce que vous devez savoir sur la grossesse dite tardive. 

À partir de quel âge une grossesse est-elle considérée comme tardive ?

On parle de « grossesse tardive » pour les femmes enceintes de 40 ans ou plus. On a également vu récemment apparaître une nouvelle catégorie qui concerne les grossesses avec un âge extrêmement avancé. Elle concerne les femmes enceintes de plus de 45 ans

Ces grossesses tardives sont bien sûr de plus en plus fréquentes en France, tout simplement pour des raisons socio-économiques. En effet, les femmes font désormais des études et attendent d’avoir une situation professionnelle stable avant de devenir mère. 

Par ailleurs, les progrès de la science permettent de plus en plus aux femmes après l’âge de 35 ans de tomber enceintes malgré une quantité d’ovocytes qui diminue avec l’âge

Quels sont les risques liés à une grossesse tardive ?

Évidemment, une grossesse dite tardive peut très bien se dérouler. Cependant, il est vrai qu’elle présente en proportion plus de risques qu’une grossesse menée par une femme de moins de 40 ans. 

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) rappelle que les grossesses après 40  sont des grossesses avec des risques :

  • de fausse couche ;
  • d’accouchement prématuré ;
  • de retard de croissance du bébé in utero (RCIU) ;
  • de macrosomie (bébé de plus de 4 kg) ;
  • d’hypertension artérielle gravidique,
  • de diabète gestationnel,
  • de pré-éclampsie,
  • d’anomalie chromosomique (en particulier de trisomie 21). Le taux d’anomalie chromosomique est multiplié par 10 après 39 ans,
  • d’hémorragie sévère durant l’accouchement,
  • de mortalité maternelle.

Une hypertension qui serait déjà pré-existante, un tabagisme ou encore un surpoids viennent augmenter ces différents risques.

Globalement, après 45 ans, il y a une augmentation de tous ces risques. C’est notamment pour ces raisons que l’accouchement est dans certains cas déclenché avant le terme.

Quel est le suivi d’une grossesse tardive ?

Étant donné tous les risques qui viennent d’être évoqués, il est normal que le suivi d’une grossesse d’une femme de plus de 40 ans soit un peu plus attentif même s’il suit globalement le schéma classique. 

Ce suivi peut être réalisé par un gynécologue-obstétricien ou une sage-femme. Pour prévenir et dépister au plus tôt les complications potentielles, le nombre de consultations prénatales sera le même que pour toutes les femmes enceintes, avec toutefois une surveillance toute particulière sur certains points comme la tension, la prise de poids, le dépistage du diabète gestationnel, etc.

La maman de plus de 40 ans fera 3 échographies, tout comme les autres mamans, cependant le praticien sera particulièrement attentif afin de dépister une éventuelle malformation.

Qu’en est-il du dépistage de la trisomie ?

L’amniocentèse n’est plus proposée systématiquement en cas de grossesse tardive comme c’était le cas autrefois, même s’il est vrai que le risque de trisomie 21 pour le bébé augmente avec l’âge : on l’estime à 1/111 à 40 ans, contre 1/1500 à 20 ans

Le dépistage de la trisomie 21 est le même que pour toutes les grossesses. Il s’agit d’un dépistage combiné au premier trimestre où l’âge de la maman est pris en compte dans le calcul combiné avec la mesure de la clarté nucale à la première échographie et le dosage des marqueurs sériques.

Une amniocentèse pourra donc être proposée seulement si les résultats annoncent un risque supérieur à 1/250 et 1/1000 d’avoir un enfant trisomique.

L’accouchement entraîne-t-il plus de complications ?

Oui après 40 ans, l’accouchement peut être plus difficile. Le travail est souvent un peu plus long chez une primipare plus âgée que la moyenne. 

Les dernières études montrent que la présentation du bébé en siège est plus fréquente après 40 ans. Concernant la césarienne, le taux est doublé en cas de grossesse tardive. On estime donc que 40% des grossesses tardives finissent par une césarienne qu’elle soit d’urgence ou bien programmées. 

Quant au risque d’accouchement prématuré, il est en effet plus important. Cette prématurité « spontanée », ou « induite » peut faire suite à une hypertension ou à une pré-éclampsie. En effet, dans ces deux derniers cas, le personnel médical peut être amené à déclencher l’accouchement avant le terme pour préserver la maman et son bébé. 

Les avantages d’une grossesse tardive

Le tableau est un peu sombre vous ne trouvez pas ? En fait, s’il est vrai qu’il existe certains risques lorsqu’une femme a un bébé à 40 ans ou plus, il y a des avantages à avoir accueillir un enfant tardivement. 

Généralement à cet âge, les femmes sont plus épanouies et plus stables émotionnellement et économiquement. Elles sont tout à fait disposées à s’investir dans l’éducation d’un enfant. 

Une étude danoise parue dans The European Journal of Developmental Psychology a suivi des mères avec des enfants de 7, 11 et 15 ans. Il a été constaté que les enfants avec des mamans plus âgées avaient moins de problèmes comportementaux, sociaux ou émotionnels. 

Du côté des mamans,  plusieurs recherches ont démontré qu’un accouchement tardif permet de rallonger l’espérance de vie de la mère. Selon la théorie, plus une femme est âgée lors de l’accouchement, plus elle serait ménopausée tardivement. Son système reproductif vieillirait plus lentement et ce vieillissement ralenti se vérifierait dans l’organisme tout entier, c’est plutôt une bonne nouvelle n’est-ce pas ?

Et vous, votre grossesse est-elle considérée comme tardive ? Avez-vous certaines appréhensions ou au contraire êtes-vous plutôt sereine ?

Source photo : Saglinkin – Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *