Fécondation in vitro, tout savoir avant de se lancer


Désir d'enfant, Tomber enceinte / mardi, juillet 3rd, 2018

Quand nous souhaitons avoir un enfant et que l’on se retrouve confronté à l’infertilité, on peut parfois vite perdre espoir. Pourtant l’infertilité n’est pas une fatalité. Beaucoup de couples se font suivre par une équipe médicale et arrivent à avoir un joli petit bébé. Beaucoup de possibilités s’offrent à vous, et peut être que vous songez à pratiquer une FIV, dixit la fécondation in vitro. Cette dernière s’inscrit dans les méthode de procréation médicalement assistée (PMA), si son taux de réussite est faible en France, elle représente une source d’espoir pour grands nombres de couples.

Pourquoi pas pour vous ?

Aujourd’hui, je vous parle de tout ce que vous devez savoir sur la fécondation in vitro

La fécondation in vitro, une méthode simple mais qui n’offre que 22 % de chance de réussite

Et oui, malheureusement en France seulement 2 FIV sur 10 aboutissent, soit un taux d’environ 22 % de réussite (http://fertilite.comprendrechoisir.com/comprendre/reussite-fiv ). Mais bon il ne faut pas se décourager pour autant, peut être que vous aussi vous jouez à l’Euro Million alors que vos chances de gagner sont quasiment réduites au néant non ?

La FIV se pratique principalement à l’extérieur de notre corps, puisque les équipes médicales reproduisent un environnement proche à celui des trompes pour la fécondation. La technique est simple on insère dans un de vos ovules les spermatozoïdes de votre conjoint (ou d’un donneur) que l’équipe médicale aura prélevé auparavant, mais pour que ce soit plus clair, je vais vous décrire les 4 étapes de la FIV :

  1. La stimulation ovarienne : où plus précisément l’étape « on vous stimule les ovules pour pouvoir les prélever ». Lors de votre troisième jour de cycle, on va vous injecter des hormones pour stimuler vos follicules, une fois que cela aura été fait vous aurez une autre injection pour provoquer l’ovulation.
  2. La ponction : j’avoue que le nom peut donner des frissons, mais ne vous inquiétez pas vous serez sous anesthésie locale. Il s’agit de l’étape où l’on va vous prélever vos ovules, qui seront ensuite mis dans un récipient chauffée à 37 degrés pour recréer la chaleur du corps. Pour votre conjoint, ce sera la même chose, une fois prélevés, les spermatozoïdes seront séparés du liquide séminal et mis dans un joli petit tube à 37 degrés.
  3. La fécondation : les spermatozoïdes et les ovules sont mis dans un liquide nutritif et c’est à ce moment là que se produit la fécondation !
  4. Le transfert : alias l’insertion dans l’utérus. Et oui au bout de deux jours, l’oeuf constitué va se divisé et lorsqu’il y aura 4 cellules distinctes, il pourra être inséré dans votre utérus…il ne vous restera plus qu’à attendre en espérant que dans quelques temps le test de grossesse vire au +.

Quelques informations administratives sur la FIV

Tout le monde ne peut pas avoir droit à la fécondation in vitro (http://www.fiv.fr/), pour cela il y a quelques critères que vous devez respecter :

  • Avoir moins de 43 ans avec des résultats de laboratoire satisfaisants, c’est-à-dire que vous soyez en « âge de procréer » pour vulgariser tout ça.
  • Dans votre couple, les deux personnes doivent être vivantes
  • Vous devez être mariés ou avoir les preuves comme quoi vous vivez ensemble depuis au moins deux ans (vous pouvez fournir des quittances de loyer par exemples).
  • Les deux conjoints doivent consentir à l’insémination

Je ne précise pas qu’il faut que le couple soit hétérosexuel…peut être qu’un jour cela changera, pour d’autres pays européens c’est déjà le cas !

Outre les critères, votre couple doit rentrer dans l’un des deux cas qui autorisent la fécondation in vitro :

  • Que vous soyez face à une infertilité pathologique médicalement diagnostiquée
  • Que vous soyez confrontés à un risque de transmission d’une maladie grave au bébé où au conjoint.

Bref, il faut vraiment montrer pattes blanches, et tout cela s’explique…et oui la FIV est remboursée par la sécurité sociale. Le coût est pris en charge à 100 % pour 4 tentatives. Sachez que si vous devez interrompre une FIV, si vous n’avez pas été jusqu’au transfert, votre essai ne sera pas décompté par la sécurité sociale. Quand on sait qu’une fécondation in vitro coûte minimum 3 000 euros, on peut s’estimer heureux d’avoir plusieurs essais.

Cependant, si des feuilles de remboursement sont délivrées (donc remboursées) pour les différentes actions de la FIV, vous aurez quelques frais à votre charge, notamment concernant les déplacements et les dépassements d’honoraires. Mais bon, ce n’est qu’une goutte d’eau face à la possibilité de connaître le bonheur d’avoir un bébé.

Et vous feriez vous confiance à la fécondation in vitro pour tomber enceinte ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *