Masque de grossesse, quels traitements efficaces ?


Santé / lundi, décembre 23rd, 2019

Vous êtes enceinte et vous avez entendu parlé du masque de grossesse, sans vraiment savoir avec précision de quoi il en retourne ? Ou vous pensez même peut-être en être atteinte ? Peu d’informations complètes et fiables en français existent sur le masque de grossesse. C’est pour cela qu’a été rédigé ce dossier ultra-complet sur le masque de grossesse.

Quelle est cette maladie, et est-ce vraiment une maladie ? Peut-on éviter d’en être atteint, et quel traitement mettre en place si l’on n’a pas réussi à y échapper ? Quelles sont ses conséquences à court, moyen et long terme ? Vous saurez tout à ce sujet en lisant notre dossier.

Bonne lecture !

Qu’est-ce que le masque de grossesse ?

Mettons-nous d’abord d’accord sur ce à quoi renvoi (et ne renvoi pas) l’expression « masque de grossesse ».

Définition du masque de grossesse

Le masque de grossesse est le nom commun que l’on donne à un phénomène de coloration particulière de la peau, lorsqu’il survient au cours d’une grossesse. La peau devient plus foncée et pigmentée par endroit, sous forme de tâches plus ou moins grosses.

Pourquoi parle-t-on de masque ? Tout simplement car le visage et le contour des yeux sont les zones du visage les plus souvent touchées : c’est pour cela qu’on parle de masque de grossesse.

Les autres noms du masque de grossesse

En fait, le masque de grossesse est le nom courant que l’on utilise dans la vie de tous les jours. En médecine, on parle plutôt de mélasma, ou plus rarement de chloasme ou chloasma. Ces noms renvoient tous aux mêmes symptômes : une pigmentation particulière de la peau qui fait apparaître des tâches brunâtres.

Si le mélasma, chloasme ou chloasma peut apparaître à tous les âges de la vie, et ce, même chez les hommes, ce n’est pas le cas du masque de grossesse. Comme son nom l’indique, on parle de masque de grossesse que lorsque le mélasma survient chez la femme enceinte.

Les traitements du mélasma seront un peu différents chez la femme enceinte. En effet, certaines molécules peuvent être dangereuses pour bébé.

Diagnostic : comment savoir si j’ai un masque de grossesse ?

Impossible de passer à côté d’un masque de grossesse ! Avec les changements hormonaux, notre peau se modifie durant la grossesse. Vous avez sûrement déjà observé, ou observerez, que vos grains de beauté sont plus foncés ou plus étendus. Des nouveaux peuvent aussi apparaître.

Est-ce pour autant que vous avez ce qu’on appelle un masque de grossesse ? Pas vraiment. La pigmentation de la peau change durant la grossesse sans que toutes les femmes arrivent au stade masque de grossesse. Quels sont donc les signes précis du masque de grossesse ?

  • • Vous avez des tâches brunes claires ou foncées qui apparaissent.
  • • Ces tâches sont localisées sur le visage, à un ou plusieurs de ces endroits :
    • au niveau des joues, du front, du menton, de la lèvre supérieure (masque de grossesse centro-facial) ;
    • au niveau des joues et du nez (masque de grossesse malaire) ;
    • le long des os maxillaires, sur la partie inférieure du visage (masque de grossesse maxillaire) ;
    • au niveau de la lèvre supérieure et du menton (masque de grossesse labiomentonnier).
  • Et oui, chaque zone d’atteinte a son petit nom !
  • Ces tâches sont plutôt symétriques.

Avec quoi ne pas confondre le masque de grossesse

Il y a effectivement d’autres maladies de la peau qui créent des tâches brunâtres similaires sur le visage. C’est le cas par exemple de la mélanose de Riehl. Ces colorations peuvent être aussi liées à des inflammations de la peau à cause d’une infection ou de cosmétiques.

Comment être sûr qu’il n’y a pas d’autres causes que la grossesse à l’apparition du masque ? En fait, si vous n’avez que les symptômes décrits précédemment (colorations) sans douleur associée, et sans changement particulier de vos habitudes de toilette et de maquillage, il n’y a aucune raison de suspecter que vous avez autre chose qu’un masque de grossesse.

Si vous avez des doutes, un professionnel de santé pourra observer avec précision vos tâches. Le simple examen visuel permettra de confirmer qu’il s’agit bien d’un masque de grossesse, ou permettra d’identifier une autre manifestation cutanée. Exceptionnellement, d’autres examens peuvent être réalisés.

Quand survient le masque de grossesse ?

Ok, ces pigmentations de la peau sont liées à la grossesse et apparaissent donc pendant. Mais quand précisément, et à cause de quoi ?

A quel mois apparaît le de grossesse ?

Durant la grossesse, des hormones telles que la progestérone et l’œstrogène sont produites en quantité très supérieure par rapport aux autres périodes de la vie. Cela commence dès le début de la grossesse, et particulièrement dans les 3 premiers mois.

Le mélasma apparaît donc le plus souvent à la suite des 3 premiers mois de grossesse. Les hormones ont fait augmenté la production de la mélanine, responsable de la coloration de la peau. La peau se colore alors de manière plus brunâtre. A ce moment, la ligne de grossesse aussi appelé linea nigra peut apparaitre.

Parfois, le masque de grossesse peut apparaître un peu plus tard dans la grossesse, jusqu’au dernier mois. Cela est particulièrement le cas si vous tombez enceinte à la fin de l’été : votre corps sécrétera plus de mélanine une fois le soleil revenu, vers le printemps. Vous déclarerez donc plutôt à ce moment là le mélasma.

A quoi est-il dû ?

Comme on l’a vu, la grossesse n’est pas la seule cause du mélasma. En fait, ce n’est pas la grossesse en soi qui cause le masque de grossesse, mais les sécrétions importantes d’œstrogène et de progestérone durant la grossesse.

Toute autre condition hors grossesse qui stimule la sécrétion de ces hormones causera donc potentiellement un mélasma, chez la femme comme chez l’homme. C’est le cas par exemple lors de la prise de certains traitements contraceptifs hormonaux, de médicaments au moment de la ménopause ou encore lors du traitement du cancer de la prostate.

Le masque de grossesse survient-il fréquemment ?

Le mélasma est une affection assez répandue partout à travers le monde. Sa fréquence d’apparition dépend du type de peau des femmes (claires ou foncées) ainsi que de l’exposition au soleil et de l’intensité de l’ensoleillement.

Une affection plutôt répandue

On ne connaît pas le chiffre précis de femmes enceintes qui développent un masque de grossesse. En effet, cette atteinte étant bénigne, de nombreuses femmes ne consultent pas un médecin. Depuis que les personnes s’exposent plus au soleil, il semble que les femmes développent plus souvent un mélasma durant la grossesse.

La seule étude qui a été menée en France, en 1994, montrait que 5 % des femmes enceintes étaient atteinte d’un masque de grossesse. Mais cette étude était menée sur seulement 60 femmes. [Source : Physiological cutaneous signs in normal pregnancy: a study of 60 pregnant women.
Estève E, Saudeau L, Pierre F, Barruet K, Vaillant L, Lorette G
Ann Dermatol Venereol. 1994; 121(3):227-31.]

De nombreuses femmes consultent un dermatologue pour un masque de grossesse

C’est en effet une cause fréquente de consultation d’un dermatologue. Par exemple, au Brésil, c’est le troisième motif le plus fréquent de consultation chez un dermatologue : 8 % des patients des dermatologues vont les voir pour un mélasma * (au cours de la grossesse comme à d’autres moments de la vie).

Plus fréquent chez certaines femmes

Le masque de grossesse est plus fréquent chez les femmes dont la pigmentation de la peau est d’un certain type. Il s’agit des femmes d’Asie de l’est, d’Inde, du Pakistan, du Maghreb ou encore du centre et de l’est de l’Afrique.

Comment éviter d’avoir un masque de grossesse ?

Il est effectivement possible de mettre en place certaines choses durant la grossesse pour éviter d’avoir des tâches brunâtres.

Ne pas trop s’exposer au soleil

C’est LE conseil de prédilection à respecter. Le soleil augmente la sécrétion de la mélanine, qui colore notre peau. Durant la grossesse, la sécrétion de la mélanine est déjà stimulée par les hormones. Raison de plus pour ne pas encore la faire secréter à nouveau. Le soleil peut déclencher le mélasma, mais aussi l’aggraver. En pratique, comment se protéger du soleil ?

  1. Évitez de sortir en extérieur aux heures les plus ensoleillées, c’est-à-dire entre 11 heures et 16 heures.
  2. Si vous devez sortir, portez un chapeau et recouvrez votre visage de crème solaire. Vérifiez que votre crème solaire est compatible avec la grossesse et privilégiez un écran total ou un indice de protection important.
  3. Veillez à vous protéger aussi l’hiver particulièrement en altitude.

Faire attention à comment vous vous nettoyez le visage

Il semble que des micro-traumatismes répétés sur la peau du visage stimulent la production de mélanine, responsable de la coloration brunâtre de la peau. Ces micro-traumatismes ont lieu par exemple lorsqu’on se lave le visage avec fouge, en frottant fort et en faisant de multiples allers-retours.

Les dermatologues ont observé que les femmes qui insistaient particulièrement sur l’intensité et la fréquence de la toilette du visage risquaient plus d’avoir un masque de grossesse qui dure dans le temps après l’accouchement.

En pratique, respectez donc le conseil suivant : ne vous lavez pas à outrance le visage et essuyez-le délicatement.

Et les cosmétiques ?

Pendant longtemps, on a cru que les cosmétiques étaient en parti responsables de l’apparition des masques de grossesse. Cette piste n’a cependant pas été vérifiée et les cosmétiques ne sont plus mis en cause.

Éviter la récidive

Une femme qui a déjà eu un masque de grossesse est plus à risque d’en développer un lors de sa prochaine grossesse, mais aussi en dehors des grossesses. Pour l’éviter, il est recommander de prendre une contraception non hormonale.

Que faire lorsqu’on a un masque de grossesse ?

Certaines choses peuvent être mises en place facilement pour limiter le masque de grossesse et l’aider à s’estomper plus vite. Voilà tout ce qu’il est possible de faire.

Se rassurer

Le masque de grossesse est une affection bénigne. Elle ne traduit pas une carence en quelque chose ou un mal-être particulier. Elle n’est pas dangereuse pour la santé de la mère ni du bébé, et ne se transmet pas au bébé.

La seule gêne éventuelle est esthétique. Bonne nouvelle cependant : quoi qu’on fasse, le masque de grossesse disparait soit dès la fin de la grossesse, soit dans les premiers mois qui suivent l’accouchement. Il est très rare qu’il dure plus longtemps.

Faut-il consulter un médecin ?

Il n’est pas du tout indispensable de consulter un médecin si vous voyez apparaître sur votre visage un masque de grossesse. Si cela a de l’importance pour vous, vous pouvez bien sûr en parler avec un professionnel de santé au cours d’une des visites fréquentes de contrôle liée à votre grossesse.

Votre médecin ou votre sage-femme sauront répondre à vos questions et vous rassurer.

Quelles astuces à adopter au quotidien ?

Avant de penser à un quelconque traitement, il faut bien sûr chercher à éradiquer les causes déclencheuses ou aggravantes du masque de grossesse – autres, bien sûr, que la grossesse !

Nous en avons déjà parlé précédemment. Il s’agit donc :

  1. d’éviter l’exposition au soleil ;
  2. de se nettoyer le visage une fois par jour maximum, sans frotter et frictionner vigoureusement son visage ;
  3. d’utiliser des produits nettoyants habituels pour son visage, sans chercher des crèmes et cosmétiques particuliers. Dans le doute, éviter tout de même des cosmétiques parfumés sur le visage, qui peuvent stimuler la pigmentation.

La mise en application de ces conseils au pire limitera l’aggravation du mélasma, au mieux permettra de plus rapidement activer sa disparition.

Quels sont les traitements du masque de grossesse ?

Dans les cas les plus sévères et gênants énormément la femme enceinte, il est possible de faire appel à des traitements médicaux. Ces traitements visent à dépigmenter la peau, pour qu’elle retrouve sa coloration habituelle.

Les crèmes

Il existe des dizaines de traitements dépigmentant. La plupart du temps, ils s’appliquent sous forme de crème sur la peau.

Les crèmes sont le plus souvent prescrites par des dermatologues. Vous pouvez les acheter en pharmacie.
Elles s’appliquent en général au moins 2 fois par jour sur le visage pendant plusieurs mois. Cela ne vous dispensent pas bien sûr d’éviter l’exposition au soleil.

Ces crèmes doivent être prescrites par un médecin pour qu’il vérifie la compatibilité de la crème avec la grossesse mais aussi les antécédents de la femme. Le site du CRAT permet par exemple de rentrer le nom de la molécule active dans la crème et de voir si elle a été testée chez les femmes enceintes ou chez les animaux. On peut ainsi savoir si la crème est dangereuse ou non pour le fœtus.

En France, les crèmes les plus souvent prescrites sont celles comprenant de l’hydroquinone topique (2 % à 4 %).

Les autres traitements

Certains dermatologues peuvent proposer des traitements physiques ou chimiques. Ils utilisent divers dispositifs pour dépigmenter la peau. Cela est réalisé uniquement chez des formes très sévères de masque de grossesse qui perdurent longtemps après l’accouchement, ce qui arrive très peu souvent.

Ces traitements ne sont pas dénoués de risques et peuvent parfois sur le moyen ou long terme aggraver les choses. Ils sont donc à prendre en compte au cas par cas. Il s’agit du peeling ou du laser ; la dermabrasion, qu’on utilisait fut un temps, a elle été abandonnée. Elles laissait en effet des cicatrices sur la peau.

Peut-on camoufler un masque de grossesse ?

Il est en effet possible en cas de gène importante de camoufler par du maquillage les tâches brunâtres. Il faut cependant veiller à utiliser des cosmétiques sans parfum, et adaptés à la grossesse. De plus, cela peut être difficile d’obtenir un résultat naturel.

Voilà, vous avez sans doute maintenant les réponses à nombre de vos questions sur le masque de grossesse. Peut-être en savez-vous même plus maintenant à son sujet que certains professionnels de santé !

En conclusion

Vous aurez dans tous les cas retenu une chose importante : les femmes qui ont eu un masque de grossesse retrouvent rapidement une peau sans tâches brunes dans les mois qui suivent l’accouchement, sans rien faire de particulier. Soyez donc soulagées si vous trouvez ces tâches disgracieuses : elles ne seront qu’un souvenir parmi d’autres de votre grossesse.

Sources principales

Kwon SH, Hwang YJ, Lee SK, Park KC. Heterogeneous Pathology of Melasma and Its Clinical Implications. Int J Mol Sci. 2016;17(6):824. Published 2016 May 26. Lien : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4926358/

Handel AC, Miot LD, Miot HA. Melasma: a clinical and epidemiological review. An Bras Dermatol. 2014;89(5):771–782. Lien : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4155956/

Y. Gauthier. Mélasma : prise en charge globale. EMC-Dermatologie Cosmétologie. 2004 Lien : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1762569604000289

Source : Sociedade Brasileira de Dermatologia SBD Nosologic profile of dermatologic visits in Brazil. 2006;81:545–554]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *