4 étapes pour choisir le prénom de son enfant


bébé / mercredi, février 21st, 2018

« Adolf Hitler n’est pas devenu Adolf Hitler car il s’appelait Adolf ! ». Beaucoup d’entre vous reconnaîtront cette célèbre citation du film Le prénom, sortie en 2012, et qui reflète la problématique à laquelle les futurs parents sont confrontés : le choix du prénom. Certes « l’habit ne fait pas le moine », mais bon quand même, appeler son bébé Titeuf n’est-ce pas excessif ? Même si vous êtes un grand fan du garçon à la houppette blonde, cela peut être moyen dans la cour de récré sept ans plus tard, vous ne trouvez pas ?

Si vous ne voulez pas que le prénom de votre enfant finisse dans les fameuses blagues « Monsieur et Madame X ont un enfant… », il vaut mieux prendre le temps de bien choisir. Entre les prénoms interdits, les jeux de mots, les avis des proches…c’est vraiment un casse-tête chinois ! Fini l’excitation et bonjour les longues réflexions pour trouver ce petit nom qui marquera votre existence et celui de votre enfant. Mais avant de poser ce prénom sur l’acte de naissance, vous aurez plusieurs cap à passer…Force et honneur !

Étape 1 : Tomber d’accord avec son conjoint

Pour tant soi peu que vous aimez les prénoms américains et lui les prénoms français, la tâche s’annonce difficile ! Un petit conseil : faites une liste chacun de votre côté (garçon et fille si vous ne connaissez pas encore le sexe du bébé), puis mettez vos prénoms en commun ! De cette façon vous pourrez voir si vous avez des idées communes ou des consonances préférées. Sachez que pour 2015, les prénoms courts seront encore de la partie d’après L’officiel des prénoms : Emma, Lola et Chloé pour les filles, Nathan, Lucas et Léo pour les garçons. Les tendances s’enchaînent et ne se ressemblent pas toujours, il est fort à parier que dans quelques années nous verrons gambader dans les parcs des petites « Khaleesi », « Arya » ou encore « Sansa », en référence à la série Game of Thrones.

Étape 2 : Faire tous les jeux de mots possibles

Bon maintenant que vous avez votre petite liste de prénoms, il est tant de les passer à la loupe un à un. Tout d’abord, pensez à ce que le prénom ne soit pas trop lourd à porter pour l’enfant, Kilian est certes un très beau prénom, mais entendre les enfants crier « Kiki » à tout bout de champ peut être une raison de passer son chemin pour certains parents. Pourtant d’autres ne reculent devant rien, à l’instar de deux parents bretons qui avaient nommé leurs deux jumeaux « Bâbord » et « Tribord »,. Nous avons également tous encore en tête la petite Mégane Renault. Alors pensez à tout : diminutif, association à une marque ou un objet, jeu de mots avec le nom de famille… un casse-tête qui pourrait éviter de longues années de moqueries.

Étape 3 : Passer le cap des réactions des familles

Garder le mystère du prénom jusqu’à la naissance reste encore, de nos jours, une tradition respectée, que ce soit par superstition ou encore pour accentuer l’effet de surprise, libre à vous de choisir. Cependant, certains parents préfèrent avoir des avis sur les choix des prénoms, en effet, la réaction des proches peut être un test idéal pour ceux qui ont encore des hésitations. Mais, comme dirait l’autre, « des goûts et des couleurs, on ne discute pas » donc attendez-vous à des désaccords…entre le discours des fameuses traditions familiales qui se perdent, un prénom avec une connotation religieuse ou encore trop d’originalité, difficile de faire l’unanimité ! Bon après c’est sur que si vous proposez Pêche ou Myrtille, vous tendez la perche…

Étape 4 : La validation de l’officier de l’état civil

La loi s’est assouplie concernant les choix des prénoms, puisque depuis 1993 l’officier de l’état civil ne peut plus refuser un prénom, en revanche il peut saisir un juge s’il estime qu’il y a un intérêt légitime (discrimination de patronyme, moqueries, jeux de mots…). Dans ce cas, un juge des affaires familiales interviendra et tranchera sur le port du prénom en question. Si auparavant les parents devaient choisir parmi des calendriers ou des personnages historiques, aujourd’hui libre à l’imagination ! On retrouve des Pomme, Cerise, Olympe, Harmonie… cependant tout cela à des limites, ainsi des juges se sont opposés au port de certains prénoms comme Mini Cooper, Nutella ou bien Daemon…

Sachez que depuis 2011, une personne à la possibilité d’échanger son prénom usuel avec son deuxième ou troisième prénom, tant que cela relève d’un intérêt légitime. Une personne peut avoir jusqu’à cinq ou six prénoms, alors autant faire le choix de la sécurité au cas où le prénom usuel sorte de l’ordinaire.

Si vous avez franchi ces quatre étapes, félicitation vous avez enfin trouvé le bon prénom pour votre bébé, et j’espère qu’il vous plaît vraiment parce que vous avez signé le contrat à vie ! Et vous, avez vous eu des difficultés pour choisir le prénom de votre enfant ?
Est-ce que vous préférez le traditionnel ou l’originalité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *