Portrait d’une maman voyageuse – L’interview d’Elsa


Les Interviews Inspirantes / jeudi, avril 30th, 2020

Pouvez-vous vous présenter vous et votre tribu ?
Que faites-vous dans la vie ?

Moi c’est Elsa, je viens d’avoir 30 ans et je suis en couple avec Bertrand, 30 ans aussi. On a deux filles, une « grande » de 5 ans et une petite de 2 ans et demi. Je suis pédopsychiatre et Bertrand est médecin généraliste. On vient tous les 2 du sud-ouest et après être allés se former à Tours pendant 5 ans on est partis pendant 7 mois tous les 4, voyager autour du monde pour se récompenser de nos 10 ans d’études 😉 On est ensuite revenus s’installer chez nous dans notre sud-ouest adoré, entourés de tout ce qu’on aime : l’océan, la montagne, les copains, la famille.

Définissez votre parentalité en 3 mots ?

Je dirai cool / positive : On est avec nos filles comme on est dans la vie, on ne suit pas de grands principes d’éducation, on fait plutôt au feeling, sans pression. Les filles participent à la plupart des choses qu’on fait, elles sont tout le temps joyeuses, dynamiques, franchement faciles… ce qui nous rend notre quotidien de parents assez cool à gérer. On se répète souvent qu’on a trop de chance. Il n’y a du coup jamais eu d’appréhension à partir en tour du monde avec elles.

Je dirai aussi « amour », c’est quand même la base de la parentalité 😉 je les aime plus que tout, je suis hyper fière de leur façon d’être, de grandir, de ce qu’elles font, je les adore et j’adore la relation que j’ai avec chacune d’elles.

Enfin, je dirai « à l’écoute ». Je suis hyper attentive à leurs émotions, leurs ressentis, leurs remarques. On discute énormément de nos journées, de ce qu’elles aiment, de ce qu’elles voudraient vivre, de leurs histories d’école/de crèche… Même avant qu’elles ne sachent bien parler on a toujours eu des grandes discussions. Pour notre tour du monde on a beaucoup discuté tous ensemble pour le choix de l’itinéraire, ce qu’on voulait y vivre, y voir etc.

En tour du monde, comment organisez-vous chaque départ avec vos filles ? 

Quand on est partis, la grande avait 4 ans, la petite 18 mois. On les impliquait toujours dans notre programme et organisation pour pas juste les trimbaler d’un endroit à un autre 😉 Tous les matins on se disait ce que chacun avait envie de faire pendant la journée, on adaptait au maximum pour que ça convienne à tout le monde. Si on avait des excursions de prévues, les filles préparaient leur petit sac elles-mêmes, avec notre aide, même la petite. C’est pareil pour les départs de chaque endroit, chaque pays. Elles préparaient leur mini valise Trunki avec leurs jouets et ensuite elles allaient jouer dehors ou se balader avec Bertrand pendant que je faisais les affaires. Elles adoraient ces petits rituels, elles sentaient excitation des départs, la promesse de nouvelles aventures ou alors la nostalgie de quitter un endroit qu’on adorait.

Et quand on arrivait dans un nouveau spot, elles savaient combien de nuits on y restait donc elles n’ont jamais été perturbées de quitter un lieu. Globalement c’était devenu tellement une habitude que c’était plus un rituel comme un autre en fait pour elles 😉

En cas de gros décalage horaire, que faites-vous pour protéger au mieux vos enfants de la fatigue ?

Comme nous n’avions pas vraiment de contraintes la journée on ne les pressait pas pour retrouver le rythme du pays dans lequel nous venions d’arriver. Par exemple, les 2 premiers jours en Thaïlande, après un vol de nuit et avec le décalage, on les a laissé dormir jusqu’ à 15h, puis le lendemain elles se sont réveillées vers midi, puis quelques jours après vers 10h. On laissait le rythme se prendre tranquillement. Mais en fait c’est assez arbitraire l’heure quand on fait ce qu’on veut de nos journées 😉 En Argentine on arrivait de Polynésie il y avait 7h de décalage. Les premiers jours on mettait le réveil à 14h mais au final comme les argentins déjeunent à 15h et que les restos le soir n’ouvrent qu’à 20h c’était parfait. Tous les décalages se sont faits assez rapidement au final sans qu’on fasse rien de particulier à part vivre nos journées sans pression.

“Mais elle ne s’en souviendra même pas plus grande, ça ne sert à rien de voyager maintenant”, que répondriez-vous à ça ? (pour votre petite)

Ah cette fameuse question…. Au début quand on me disait ça j’essayais d’expliquer que pour moi ce ne sont pas les souvenirs qui comptent mais simplement le moment vécu qui forge la personnalité en devenir de l‘enfant etc… Maintenant je suis tellement fatiguée par cette remarque que je dis parfois « mais pourquoi est-ce qu’on fait faire du manège à nos enfants ils ne s’en rappelleront pas ! »…

Un enfant on ne va pas le laisser sans rien faire jusqu’à ce qu’il ait des souvenirs…bref je ne comprends pas du tout cette question. On voyage pour vivre l’instant présent et les enfants en profitent autant que nous voire même plus. Et puis on en reparle régulièrement, ça fait partie de l’histoires des filles et de notre histoire familiale. Et on est finalement étonnés de leurs remarques plusieurs mois plus tard, elles nous reparlent de « détails » (pour nous, apparemment pas pour elles 😉 ) qu’on avait oubliés et elles, elles s’en souviennent parfaitement c’est assez fou.

Comment faites-vous pour que votre grande suive quand même un programme scolaire ?

Notre grande n’a du coup quasiment pas fait de moyenne section (3mois) et nous n’avons fait aucune activité purement pédagogique pendant le voyage. On lui achetait des magazines aux aéroports. Sinon, elle nous avait dit en partant « moi à la fin du voyage je veux compter jusqu’à 100 » donc pour la motiver à se brosser les dents plus que 10 secondes on comptait jusqu’à 100 pour la faire tenir donc forcément qu’à la fin du voyage elle avait atteint son objectif 😉

Sinon pour le coté scolaire comme elle adore l’école je me disais qu’elle rattraperait en rentrant. A Noël de grande section elle a su tout à coup lire donc je pense que la moyenne section loupée n’a pas eu de trop grosses conséquences 😉 Ce qui est important je pense c’est de les rendre curieux, ouverts, ayant l’envie de découvrir. Cette curiosité s’applique au voyage puis à l’école une fois dans le contexte scolaire.

La petite a fêté ses 2 ans en tour du monde, on lui achetait aussi des petits magazines mais rien de spécial.

Quels sont vos conseils les plus précieux pour voyager avec deux enfants ?

Déjà, je dirais :  avoir envie de partir et avoir envie de partager ces moments avec eux ! Donc être prêts à s’adapter, être souples et flexibles. Ne pas se fixer des objectifs en faisant comme si on partait à 2. Et évidemment être plutôt à la cool, ne pas stresser pour tout. Avec cet état d’esprit au final on a réussi à faire beaucoup plus qu’on ne pensait ! Même les randonnées les plus dures et les plus longues (jusqu’à 10 heures de rando en Patagonie dans des conditions difficiles avec de la neige au sommet par exemple) bref, des choses qu’on pensait impossibles avec des enfants en bas âge ! Je pense qu’on avait tellement envie de partager ces moments de fou tous les 4 qu’elles ont été prises à chaque fois par notre excitation et elles ont adoré ces journées-défis 😉 On partait en se disant « on fait ce qu’on peut et si ça ne fonctionne pas on fait demi-tour. » Au final on a toujours pu aller au bout dans des bonnes conditions.

Logements : Pour profiter au mieux sur place, on préférait réserver toujours un peu à l’avance les logements pour ne pas se retrouver avec nos filles et nos sacs à chercher quelque chose pour la nuit. Pour nous c’était un gain de temps pour avoir plus de temps à profiter.

Vols : Pour les vols on achetait toujours un nouveau magazine et on privilégiait les vols de nuit pour les longues distances. Pour notre petite on faisait le rituel habituel dans l’avion (biberon, pyjama, gigoteuse, livre). Tout s’est toujours bien passé.

Siestes : Pour les temps de sieste on sait que les 2 en ont besoin, surtout la petite (18 mois / 2 ans ) donc on s’adaptait à cette « contrainte » : soit on était posés tranquilles au logement et elles dormaient dans leurs lits, soit en road trip on roulait aux heures de sieste, soit en rando on les mettait en porte bébé et elles s’endormaient quand on marchait.

Mon « conseil » c’est vraiment de faire les choses comme on les sent, d’être flexible et surtout, de ne pas être frustrés et donc de s’adapter tous un peu pour que tout fonctionne comme on veut.

Que seraient pour vous, les indispensables à avoir pour voyager avec des enfants ?

Un doudou et une poupée chacune, avec qui elles ont vécu et partagé tous les moments forts du voyage. Sinon, des feutres, un ou 2 livres pour servir de rituel/repère le soir. Une trousse à pharmacie « au cas où ». Une gigoteuse pour la petite (comme on changeait souvent de lits c’était bien aussi pour le coté « repère »). Sinon pas grand chose au final on se rend compte qu’on peut faire beaucoup avec pas grand chose et qu’on trouve beaucoup de choses un peu partout (couches, lait etc) !

Quel est votre leitmotiv (citation, texte, connu ou non qui vous motive en toutes circonstances) ?

La phrase du carnet de voyage de ma fille :

Merci Elsa pour ce témoignage inspirant et qui donne des envies de voyage en famille… N’hésitez pas à nous donner votre avis en commentaire.

Retrouvez toutes les interviews inspirantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *